Présentation d’un cabinet d’ébène du XVIIe siècle – 7ème partie

Présentation d’un cabinet d’ébène du XVIIe siècle – 7ème partie

Nous avons vu précédemment que ce cabinet provient de l’illustre Château de La Treyne. Nous verrons ici qu’il s’agit peut être d’un hommage à la Reine Catherine de Médicis.

Le tombeau du couple royal

Le thème des Sept Vertus est très peu courant. Nos recherches n’ont pas permis à ce jour de trouver un autre cabinet d’ébène orné de cette allégorie.

On peut constater que le tombeau de Catherine de Médicis et d’Henri II situé à la cathédrale de Saint Denis est justement consacré à ces vertus. Les quatre vertus cardinales sont présentées en allégories aux quatre coins du tombeau et les trois vertus théologales sculptées en bas-relief sur les soubassements.

Tombeau d'Henri II et de Catherine de Médicis.

Le panneau de gauche du cabinet est tout aussi intrigant en raison de la rareté du thème. Que ce soit en estampe, gravure ou tapisserie, Amphitrite n’est presque jamais représentée seule. En effet, Poséidon l’accompagne souvent sur son char escorté par des montres marins et autres Néréides. Lorsqu’elle n’est pas accompagnée, elle présente régulièrement une attitude passive. On peut alors se questionner sur la raison d’un tel choix montrant une Déesse seule aux commandes, tenant les rênes de son char, allant ainsi à l’encontre de l’iconographie courante. Selon Agnès Bos, « On peut supposer que le commanditaire choisissait lui-même l’iconographie mais dans un registre limité ». Le registre est compris dans les limites de certaines gravures ou modèles que pouvait proposer l’ébéniste.

Catherine de Médicis, figure importante du XVIe siècle, fut Reine de France