Pierre Roussel, habile marqueteur du 18e siècle

Pierre Roussel est un marqueteur de très grand talent. Ses marqueteries florales et ses commodes transition à décor d’architecture sont aujourd’hui célèbres.

Pierre Roussel voit le jour en 1723 dans une famille modeste de menuisiers. Après des débuts difficiles, il obtint rapidement la maîtrise en 1745. Il s’assure alors une très bonne place parmi les meilleurs ébénistes du XVIIIe siècle. Il travaille notamment pour le prince de Condé, il livre pour Chantilly et le Palais-Bourbon des meubles pour une somme totale de 10 000 livres.

La production de son atelier s’étend de 1745 à 1795 car ses fils reprendront son travail après sa mort. Les œuvres portant l’estampille de Roussel sont donc diverses: De Louis XV au style Louis XVI sans oublier la période Transition.

Attributs de musique, motifs floraux et… villes

Détail du secrétaire de Pierre Roussel

Détail du secrétaire de Pierre Roussel présent au metropolitan museum of art

Sa production est composée d’encoignures, de commodes Louis XV à deux tiroirs sans traverse, de commodes Transition à ressaut, régulateurs… Ses meubles sont de fabrication soignée, c’est un habile marqueteur qui compose des motifs floraux aux tons variés ou même des paysages et des villes comme sur une superbe commode Transition présente à la galerie Gismondi. Les commodes Louis XV sont aussi habillées de vernis européens à composition de scènes et de paysages dans le goût asiatique. Certaines de ces œuvres sont d’ailleurs ornées de bronzes rocailles dont l’agencement donne un effet de dynamisme en façade. Les petites encoignures Louis XV sont elles plutôt  marquetées d’instruments de musique dans une annonciation du style Transition.

Comme nous l’avons évoqué, la manière caractéristique de Pierre Roussel est la marqueterie formant architectures, villes et ports. On y trouve aussi des personnages représentés dans ces décors. Le Maître ébéniste utilise des matériaux variés: le bois de rose et de violette bien sûr mais aussi des bois tentés de différentes couleurs et même de la nacre et l’ivoire. On peut également noter qu’il s’adonna à la marqueterie de motifs géométriques comme nombre de ses confrères.

 

Côtes et résultats:

Ces chiffres dépendent de nombreux facteurs: date de la vente, unicité de l’œuvre, dimensions, restaurations, état global, critères d’attribution… Il faut donc considérer ces résultats comme un simple indicateur.

– Drouot: Commode en vernis martin estampillée Roussel et Delorme: 84 000 €

– Drouot: 2017: Commode à ressaut à décors d’instruments de musique estampillée : 30 625 €

– 2017 : Enchères côte d’opale: commode à ressaut estampillée P.Roussel: 5 500 €

 

Bibliographie:

Pierre Kjellberg: Le mobilier français du XVIIIe siècle

Les ébénistes du XVIIIe siècle français, Collection Grands Artisans d’Autrefois / Connaissance des arts

← Previous post

Next post →

2 Comments

  1. Quéré

    vous oubliez surtout l’ouvrage de référence sur la dynastie des Roussel par François Quéré publié chez Faton…

    • Franck Niccoletti

      Bonjour Monsieur Quéré,

      Je n’ai pas encore eu le plaisir de consulter cet ouvrage qui j’en suis convaincu apporte de nombreux éléments sur cette illustre dynastie d’ébénistes.

      Avec mes sincères salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.